5 étapes: La planification préalable des soins

Réfléchissez

Réfléchissez quelles sont vos valeurs, vos volontés, vos convictions et votre compréhension des diverses interventions médicales.

Renseignez-vous

Renseignez-vous sur les divers traitements médicaux et sur ce qu'ils peuvent ou non vous apporter.

Décidez

Décidez la personne qui sera votre mandataire, soit quelqu'un qui pourra et voudra parler en votre nom si vous en devenez incapable.

Parler

Parlez de vos volontés avec votre mandataire, vos proches et votre médecin.

Consignez

Consignez vos volontés sur papier; il est conseillé de noter vos volontés ou de les enregistrer.

Foire aux questions (FAQ)

Ci-dessous sont présentées les questions les plus courantes entourant la planification préalable. Si vous ne trouvez pas la réponse que vous cherchez, consultez notre FAQ plus complète. Si vous ne trouvez toujours pas, écrivez-nous et nous tenterons de vous aider.

La planification préalable des soins est une démarche de réflexion et de communication; c’est le moment d’examiner vos valeurs et volontés, et de communiquer aux autres vos préférences en matière de soins personnels et de santé dans l’éventualité où vous seriez incapable d’accepter ou de refuser des traitements ou autres interventions médicales.

La planification préalable des soins consiste ainsi en une série de discussions avec des proches et des amis, et particulièrement avec un mandataire, soit la personne qui parlera en votre nom si vous en devenez incapable. La démarche peut aussi comprendre la consignation de vos volontés, ainsi que des discussions avec des professionnels de la santé, de la finance ou du droit. Un plan préalable peut aussi être appelé directive préalable ou directive médicale, selon le territoire ou la province où vous habitez. Vérifiez les ressources propres à votre région.

La planification préalable des soins peut aussi comprendre une réflexion sur les traitements que l’on souhaite recevoir ou non (comme la RCR ou le recours à un ventilateur) ainsi que sur tout ce qui entoure la fin de vie (concernant, p. ex., la pratique de rituels religieux, la présence de membres de la famille, la volonté de mourir à la maison ou dans un centre de soins palliatifs, etc.).

C’est la personne qui devra prendre des décisions médicales en votre nom si vous devenez incapable de communiquer en raison d’une maladie grave ou soudaine, ou incapable d’accepter ou de refuser des traitements ou des soins. Le mandataire est parfois appelé fondé de pouvoir, représentant, agent, détenteur d’une procuration relative aux soins de la personne, décideur au nom d’autrui, etc.

Il est important de choisir une personne en qui vous avez confiance et avec laquelle vous vous sentez à l’aise de discuter de vos volontés personnelles. N’oubliez pas que vous devrez discuter avec cette personne – votre mandataire doit bien connaître son rôle ainsi que vos volontés.

On fera appel à votre mandataire seulement si vous n’êtes plus apte à prendre vos décisions en matière de soins (p. ex., si vous êtes dans le coma ou si une maladie a compromis votre capacité de faire des choix). De la même façon, tout document ou plan ne sera utilisé que dans de telles circonstances. Votre mandataire peut d’ailleurs se servir de votre plan préalable pour orienter les soins qui vous sont destinés et pour faire valoir vos volontés.

Vous pouvez modifier votre plan à tout moment, aussi souvent que vous le désirez. Vous devez toutefois vous assurer que votre mandataire en est avisé, qu’il comprend bien vos volontés, et qu’il a un exemplaire de vos documents les plus récents.

Balado « Parlons-en »

La planification préalable des soins au Canada a lancé un nouveau balado qu’on peut écouter sur le site « Parlons-en », sur Spotify et sur iTunes (en anglais seulement). Des invités discuteront chaque semaine de leur expérience et de sujets entourant la planification préalable des soins.