Trop jeune pour préparer un plan préalable?
Si vous pouvez conduire une voiture, vous pouvez préparer un plan

Récemment, je parlais avec un ami de planification préalable des soins et de soins palliatifs. Je lui ai demandé s’il avait préparé son plan, et il m’a répondu : « Oh, je suis bien trop jeune pour ça! Je m’en occuperai peut-être quand je serai plus vieux! ».

Bien qu’il soit vrai que la plupart des gens meurent lorsqu’ils sont plus vieux, le fait reste que beaucoup perdent leurs capacités ou arrivent à la fin de leur vie plus tôt que prévu en raison d’un accident, d’une maladie, d’un AVC, etc. Or, dans de telles situations, les membres de la famille se voient souvent obligés de prendre des décisions concernant les soins à prodiguer en périodes de crise, n’ayant presque pas le temps de réfléchir à ce que la personne malade aurait voulu.

Les recherches indiquent que de telles circonstances peuvent avoir des conséquences à long terme : une étude de 2008 a révélé que l’absence de planification préalable des soins ou de discussions sur la fin de vie entraîne non seulement une moins bonne qualité de vie pendant les derniers moments, mais aussi une incidence plus élevée d’anxiété et de dépression chez les soignants. De plus, les membres de la famille sont souvent accablés par la culpabilité pendant des mois suivant le décès, se demandant s’ils ont pris les bonnes décisions. Certains en viennent même à souffrir du trouble de stress post-traumatique.

Alors pourquoi exposer les gens que nous aimons à une telle angoisse? Plutôt que de repousser la discussion jusqu’à ce qu’il soit trop tard, il est temps de faire face à la réalité et d’aborder ouvertement la question de la fin de vie, pendant que nous sommes en santé et capables de le faire.

Pourquoi ne pas commencer par inclure des questions sur la planification préalable des soins dans le formulaire de demande de permis de conduire? Comme les accidents de la route sont la principale cause de décès des jeunes adultes, cela permettrait à la fois d’amorcer la discussion et de favoriser une réflexion sérieuse avant de prendre le volant. Tous ceux qui sont assez vieux pour manœuvrer un véhicule à moteur sont techniquement assez vieux pour exprimer leurs volontés en matière de soins de santé.

On ne peut pas prédire le moment de notre décès, mais on peut se préparer en vue de cette réalité inévitable et, du coup, rassurer nos proches qui pourront ainsi agir en notre nom sans inquiétude ni culpabilité. Il n’est jamais trop tôt pour commencer.