Gazouillez-vous sur Twitter? Bloguez-vous? Cliquez-vous sur « J’aime » lorsque quelque chose vous plaît sur Facebook? Fort probablement — plus de 17 millions de Canadiens sont en lien sur Facebook, et près d’une personne sur trois échange ses idées en 140 caractères sur Twitter. Mais un sujet est rarement discuté dans ces forums : les volontés de fin de vie.

Or, un récent sondage a révélé que seulement la moitié des Canadiens ont eu une discussion avec un proche ou un ami au sujet de ce qu’ils voudraient ou non s’ils n’étaient plus capables de s’exprimer, et seulement 9 % ont parlé de leurs volontés en matière de santé avec un professionnel de la santé.

Et si vous pouviez utiliser les médias sociaux pour amorcer ces difficiles conversations?

Il existe en effet plusieurs outils en ligne pour vous aider à effectuer votre démarche de planification préalable des soins et faire connaître vos volontés aux autres. Le site Qualtonomy (www.qualtonomy.com) par exemple, propose une série de questions pour vous aider à préciser vos valeurs et à énoncer ce qui serait important pour vous si vous ne pouviez plus vous exprimer en raison d’une maladie grave. Vous pouvez ensuite faire connaître vos volontés à des « observateurs » qui, au besoin, pourront utiliser cette information pour parler en votre nom. Et chaque année, ce site d’utilisation gratuite vous transmet un courriel pour vous rappeler de mettre votre plan à jour.

De son côté, le site MyDirectives.com offre gratuitement l’occasion de conserver en ligne des plans préalables de soins dans une base de données sécurisée, permettant au personnel médical de certains hôpitaux d’accéder à ces renseignements lorsque requis. Vous pouvez aussi imprimer ou mettre à jour vos documents aussi souvent que vous le voulez, consulter des glossaires et utiliser des outils, par exemple pour vous aider à amorcer la discussion. Bien que ce service soit né aux États-Unis, il s’étend maintenant partout en Amérique du Nord.

D’autre part, le nouveau site canadien best-endings.com pose des questions aux utilisateurs selon la formule de la liste de vérification, de manière à créer un document daté qui est ensuite transmis par courriel, document que les gens peuvent ainsi envoyer par voie électronique à leurs proches ou récupérer plus tard en ligne. Utilisant une pointe d’humour, le site a été conçu pour offrir une expérience de réflexion; on y trouve en outre une foule de ressources, comme des documents traitant de pratiques fondées sur les faits, des outils, des témoignages, des critiques de livres et des vidéos.

Enfin, notre manuel « Parlons-en » est aussi offert en PDF dynamique, ce qui signifie que vous pouvez le télécharger puis en remplir les champs à l’ordinateur, et le conserver dans vos répertoires ou le transmettre par courriel à vos proches, comme à votre mandataire ou votre médecin.

Serez-vous plus à l’aise de discuter de vos volontés de fin de vie en ligne?
Les réseaux sociaux prennent de plus en plus d’importance, et les outils qu’on y trouve offrent des façons plus faciles et conviviales pour prendre des décisions et en informer les autres — peut-être que c’est ce qu’attendaient nombre de Canadiens pour en parler et amorcer le dialogue!

Nanci Corrigan est stratège en communication et membre du Groupe de travail sur la planification préalable des soins.