J’ai récemment eu la chance d’être interviewée par Anna Maria Tremonti de l’émission matinale The Current à la CBC à propos de la planification préalable des soins et la campagne « Parlons-en ». Une autre personne prenait aussi part à cette émission : Anna Craig, une jeune femme atteinte d’un cancer du sein de stade 4. Cette dernière venait partager comment elle, son mari et ses jeunes enfants vivaient avec le fait qu’elle était mourante.

Ce fut un privilège de la rencontrer et de partager le studio avec elle. Son histoire est un rappel triste, mais très réel que la mort n’est pas toujours une question d’âge et que la maladie peut nous frapper à n’importe quel moment dans notre vie. Anna a parlé avec éloquence des défis que pose le dialogue de fin de vie avec les autres et de la difficulté qu’éprouvent les amis et la famille lorsqu’ils doivent se livrer à ces dialogues avec elle. « Il est difficile de parler de la mort avec quelqu’un qui est en pleine santé », a-t-elle fait remarquer pendant l’émission. Sa famille et ses amis veulent plutôt lui dire de ne pas abandonner et lui parlent de sa lutte contre le cancer.

Cependant, la réalité d’Anna est qu’elle ne remportera pas cette lutte. Elle trouve que cette approche de lutte déprécie son expérience. Elle souhaiterait plutôt que les conversations permettent aux autres de comprendre sa situation et ce qui est important pour elle. « Je ne veux pas que la dernière partie de ma vie soit une lutte », explique-t-elle. « Je veux vivre mes derniers moments dans la dignité, je veux avoir la maîtrise de ma fin de vie. »

Et vous? Qu’est-ce qui serait important pour vous si vous deviez faire face à l’avenir d’Anna? Peut-être pouvons-nous tirer une leçon très importante de l’expérience d’Anna : celle qu’il est très difficile d’aborder ce sujet. Ces conversations sont pourtant essentielles pour s’assurer d’avoir l’expérience de fin de vie de qualité souhaitée et bien méritée.

Lisez le blogue d’Anna Craig

Téléchargez notre manuel

Visionnez nos vidéos

Louise Hanvey est directrice de la campagne « Parlons-en : dialogue sur les décisions de fin de vie » du projet sur la planification préalable des soins au Canada, à l’Association canadienne de soins palliatifs (ACSP).