Pour diffusion immédiate

Santé Canada finance un projet sur la planification préalable des soins piloté par l’Association canadienne de soins palliatifs

Le 10 mai 2019, OTTAWA (Ontario) – L’Association canadienne de soins palliatifs (ACSP) est fière d’annoncer que l’initiative nationale « Parlons-en » sur la planification préalable des soins (PPS) au Canada a reçu un financement de 1,9 million de dollars sur trois ans, afin d’aider les Canadiens à préparer leurs soins de santé éventuels. Le projet donnera lieu à une série de campagnes d’éducation et de sensibilisation publiques, à des programmes de soutien à la PPS et à la promotion de ressources et de guides variés.

Au moment d’annoncer ce financement, l’hon. Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, a affirmé : « Le gouvernement du Canada comprend le rôle vital des soins palliatifs et des soins de fin de vie dans notre système de santé. De nombreux Canadiens souhaitent continuer de vivre de façon autonome et veulent recevoir les soins dont ils ont besoin chez eux ou dans leur collectivité. Ce financement se traduira par un meilleur soutien pour les particuliers canadiens, leurs familles et les soignants pendant l’une des périodes les plus difficiles de leur vie. »

La PPS, c’est réfléchir à nos volontés en matière de soins personnels et de santé, et d’en discuter. Cette démarche permet aux gens de dire aux autres ce qui importerait s’ils devenaient incapables de s’exprimer en raison d’une maladie ou d’une crise imprévue. Il s’agit ainsi d’une série de discussions avec nos proches et amis, nos mandataires, nos prestataires de soins, nos conseillers juridiques et nos planificateurs personnels. Des études récentes ont montré que la PPS entraîne une satisfaction et une qualité de vie améliorées chez les gens atteints d’une maladie grave et leur famille; elle diminue le recours aux traitements invasifs en fin de vie, et favorise des soins qui respectent les valeurs et volontés des gens.

Plus de 248 000 Canadiens meurent chaque année, et d’ici 2020, ce chiffre pourrait atteindre les 330 000. Une enquête menée en 2019 à la demande de l’ACSP a révélé que bien que la plupart (93 %) des Canadiens croient que la PPS est importante, seulement moins de une personne sur cinq a amorcé sa démarche.

Le site Web de l’initiative « Parlons-en » (http://www.planificationprealable.ca) propose une foule de renseignements, d’outils et de conseils pour amorcer la discussion. D’affirmer Sharon Baxter, directrice générale de l’ACSP : « Nous sommes ravis de recevoir cet engagement du gouvernement du Canada afin de permettre à plus de Canadiens d’avoir accès à la planification préalable des soins. Grâce à cet appui, nous serons en mesure d’aider plus de Canadiens à planifier en vue de leurs besoins en soins de santé éventuels. »

###

Pour de plus amples renseignements, prière de joindre :

Mary Ann Murray, directrice, La planification préalable des soins au Canada

ou Chad Hammond, gestionnaire de programme, initiative « Parlons-en »
1-800-668-2785 p. 228 / Chammond@chpca.net

 

FIP-financialContribu_FrB&R